La UK Gambling Commission impose une sanction financière à CasumoLa UK Gambling Commission a une fois de plus mis à l’amende deux casinos en ligne qui ont la licence de jeu en Grande Bretagne : Casumo et VideoSlots. Ces deux casinos online n’ont pas respecté leurs obligations de protection des joueurs et se sont vus infligés de fortes amendes. VideoSlots va devoir payer 1 million de livres sterling et Casumo 5,58 millions ! Ce gendarme des jeux en ligne en Grande-Bretagne ne lésine pas sur les moyens pour sanctionner les écarts des opérateurs de jeux en ligne. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que la Gambling Commission impose de fortes sanctions aux casinos légaux en Grande-Bretagne. En effet, de nombreux casinos online sont passés à la caisse : 32Red, William Hill, LeoVegas, Ladbrokes Coral, Betfair ou encore 888 Casino pour ne citer qu’eux.

Croupiers en Direct vous en dit plus sur les sanctions financières imposées à VideoSlots et Casumo par la UK Gambling Commission (UKGC).

Des manquements à la protection des joueurs en ligne

Les deux casinos en ligne légaux en Grande-Bretagne, Casumo et VideoSlots, n’ont pas respecté une des nombreuses obligations imposées par la UKGC : protéger les joueurs. Ainsi, ces casinos en ligne n’ont pas vérifié la provenance de l’argent de certains joueurs et en ont laissé d’autres jouer de manière irresponsable. En effet, les opérateurs de jeux en ligne que ce soit les casinos mais également les sites de poker en ligne ou paris sportifs ont l’obligation de vérifier que les joueurs ne soient pas accroc. Ainsi, ils ont aussi pour obligation de vérifier que les dépôts effectués sur les tables de jeux ou machines à sous doivent être en adéquation avec leurs revenus. Or, ces sites ont fermé les yeux sur les dépôts élevés de certains joueurs sans se soucier si l’argent provenait réellement de leurs comptes. La UK Gambling Commission a noté plusieurs défaillances chez ces 2 opérateurs et des sanctions devraient toucher d’autres opérateurs en ligne.

Frapper au porte monnaie est la solution la plus radicale pour le gendarme des jeux en ligne britannique. Ainsi, les opérateurs qui ne respectent pas les règles de jeux de la UKGC sont passibles en cas de récidive de perdre leurs licences de jeux. En effet, comme dans les matchs de foot, un opérateur de jeux en ligne qui reçoit deux avertissements est passible d’un carton rouge et donc d’être exclu du marché du jeu anglais.

>>> Lire également : “Gambling Commission : le casino en ligne 32Red passe à la caisse

D’autre sites de jeux en ligne dans le collimateur de la UKGC

L’autorité de régulation des jeux en ligne anglaise a pour objectif de contrôler le respect du cahier des charges des opérateurs de jeux en ligne. Ainsi, les casinos en ligne ont pour devoir d’empêcher les joueurs compulsifs de jouer dans leurs établissements de jeux virtuels ou de contrôler la provenance des fonds des joueurs. Tous les casinos en ligne légaux en Grande Bretagne ont mis en place des politiques et procédures imposées par la UKGC. Il s’avère que le service clientèle ou rétention ne fait pas leur travail d’investigation pour connaître la provenance des fonds et vérifier si les joueurs ne jouent pas au delà de leurs moyens.

La United Kingdom Gambling Commission ne chôme pas puisqu’elle a lancé pas moins des avertissements à 9 opérateurs et des enquêtes ont été diligentées pour six autres groupes. Trois groupes se sont vus retirer leur licence de jeu. D’Italie en Espagne en passant par la Grande-Bretagne, Malte ou la Belgique, les commissions des jeux en ligne prônent le jeu responsable. Les licences de jeux en ligne octroyées aux opérateurs leur imposent des obligations. En cas de non respect de leurs devoirs, la sanction est en premier lieu financière puis un retrait pur et simple de la licence.