casino_saint_jean_de_luzLes casinos terrestres français ont compris que pour pouvoir concurrencer les casinos en ligne et attirer les joueurs très touchés par la baisse du pouvoir d’achat, ils doivent investir. Ainsi, de nombreux établissements de jeux terrestres ont installé des salles de jeux fumeurs, ont rénové les salles existantes, ont diversifié leurs animations… Mais la grande majorité d’entre eux ont misé sur de nouvelles machines à sous qui s’adressent à des joueurs modestes qui peuvent miser des sommes minimes. Le casino de Saint-Jean-de-Luz vient justement de faire l’acquisition de cinq nouveaux bandits manchots. Mais l’installation de ces nouvelles machines a dû se faire par une société spécialisée : la société de fourniture et de maintenance, plus communément appelée la SFM.

Cette société agréée par le Ministère de l’Intérieur, est chargée d’effectuer toutes les manipulations concernant les machines à sous, qu’il s’agisse de leur déplacement ou de leur installation. Les casinotiers ont l’interdiction formelle d’effectuer ces gestes, exceptés si un billet est coincé. Les techniciens de la SFM interviennent donc de nuit pour ne pas gêner le fonctionnement du casino et déranger les clients. Dans le cas du casino de Saint-Jean-de-Luz, les techniciens ont démarré leur travail une heure après la fermeture du casino, soit à trois heures du matin, et se sont arrêtés peu avant midi. Ils ont déplacé 16 bandits manchots et en ont installé 5 nouveaux. L’établissement de jeux a misé sur un système de ticket zap, c’est-à-dire que le joueur ne gagne pas d’argent à proprement parlé, mais des bons qu’il peut soit se faire rembourser soit rejouer.La SFM surveille tous les 4 mois les ordinateurs des machines à sous dans lesquelles sont enregistrés tous les mouvements d’argent. Les dirigeants du casino n’ont donc aucun moyen de surveillance ni d’intervention. L’argent inséré dans les machines est directement dirigé vers un lieu tenu secret. Le Directeur Adjoint du casino de Saint-Jean-de-Luz, Gilles Ellissalde, est tout à fait conscient que 90 % des recettes des jeux proviennent des machines à sous mais il tient à souligner que taux de redistribution est de 85 % comme l’exige la loi. Au final, le casino ne touche que près des 5 % des mises des joueurs.