Casino de Boulogne-sur-Mer n'appartient plus au groupe Partouche mais a Golden PalaceCe vendredi 5 avril 2019, la municipalité de Boulogne-sur-Mer et le groupe belge Golden Palace ont officiellement signé le contrat de délégation de service public au sujet de la gestion du casino de la ville, qui était jusque-là sous le giron du groupe Partouche. C’est donc le début d’une nouvelle ère pour cet établissement, et ce, en dépit des protestations de l’ancien délégataire.

Passage en force de la municipalité de Boulogne-sur-Mer

La décision avait fait grand bruit et suscité de vives protestations du côté de Partouche, le 26 février dernier. A l’issue d’une rencontre en conseil municipal, les élus de la ville avaient en effet décidé de retirer la gestion du Casino de Boulogne-sur-Mer au groupe Partouche et de la confier au groupe belge Golden Palace. Aux commandes de l’établissement depuis une trentaine d’années, le géant casinotier français avait été pris de court, lui qui avait consenti de lourds investissements pour la construction, l’aménagement et la modernisation du complexe actuel. Mais la municipalité boulonnaise semblait déjà bien décidée à tourner la page Partouche.

Et même les menaces de poursuites et le long contentieux judiciaires pouvant découler de la situation n’ont vraisemblablement pas émousser l’ardeur des élus. Avant même la fin de la DSP, prévue pour juin prochain, ils ont tenu à valider définitivement leur décision, par la signature de cet accord.

>>> Lire également : “Et si Partouche perdait la concession du casino de Boulogne-sur-Mer ?

Délégation de service public de 12 ans pour les Belges

Convenue pour une durée de 12 ans, allant donc jusqu’en juin 2031, la nouvelle DSP accordée au Groupe Golden Palace est perçue par le conseil municipal boulonnais comme le début d’une nouvelle ère pour l’établissement. Le groupe Belge a annoncé des changements majeurs, aussi bien en ce qui concerne la structure du bâtiment, que les activités du Casino.

Afin de concrétiser son objectif d’en faire un nouveau pôle majeur de divertissement dans la région, la nouvelle équipe de gestion devrait procéder à une modification de l’aspect extérieur global de l’établissement et créer un nouveau restaurant dans le complexe. Un toit-terrasse devrait également être aménagé pour accueillir les visiteurs.

Pour ce qui est des activités, Golden Palace envisage de dynamiser l’établissement en incluant de nouveaux événements artistiques à son programme : festivals, concerts, activités sociales, etc. De quoi impliquer plus activement le casino dans la vie des boulonnais et en faire un pôle de rayonnement dans la région. Toutes ces actions devront cependant être menées tout en assurant la conservation des emplois des actuels salariés du casino.

Contentieux administratif en cours

Mais les bonnes intentions du groupe belge sont loin de faire l’unanimité. Comme nous l’avons évoqué plus haut, le groupe Partouche, principal perdant dans cette affaire, a longtemps tenté de dissuader le conseil municipal de Boulogne-sur-Mer de signer avec les Belges. Florent Paire, avait notamment, mis en avant l’inexpérience du groupe belge en matière de gestion de salles de casinos avec des tables de jeu.

Soutenu par Jack-Ary Hamo, actuel directeur du casino concerné, le président du directoire du casinotier français annonce désormais un bras de fer juridique qui sera tranché par le tribunal administratif, et dont les conséquences financières pourraient être lourdes pour la municipalité. Le groupe Partouche va donc devoir retirer de sa liste le casino de Boulogne-sur-Mer ainsi que désactiver la page de cet établissement de jeu de son site.