Casinos de Belgique demandent la réouverture des établissements de jeu après leur fermeture pour cause de Covid 19A l’heure actuelle, la Belgique compte 9 casinos terrestres. Fermés depuis la mi-mars pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19 qui sévit actuellement en Europe entre autres, ils ne savent toujours pas quand ils seront autorisés à rouvrir leurs portes aux joueurs. En effet, le gouvernement ne semble pas encore avoir pris de décision les concernant.

Pourtant, ces établissements de jeux d’argent représentent quelques 1 200 emplois directs et indirects ainsi qu’une manne annuelle de 160 millions d’euros pour les communes, les régions et le fédéral sous forme d’impôts, de concessions, de précompte et de contributions sociales.

Casinos belges: un manque à gagner de 50 millions d’euros pour les autorités

Depuis leur fermeture, au alentours de la mi-mars, les casinos terrestres belges n’engrangent plus aucune recette de leurs activités physiques et la grande majorité de leur personnel est en chômage temporaire. Seul le secteur des jeux en ligne leur permet d’empocher un peu d’argent, mais comme la plupart des rencontres sportives sont interdites, cela ne représente pas grand chose. Ainsi, les autorités vont devoir faire face à un manque à gagner de 50 millions d’euros. Pourtant cela ne semble pas les inciter à se pencher sur la question de la réouverture des casinos terrestres belges.

>>> Lire également : “Casino légal en Belgique : A chacun sa licence

Une proposition de réouverture en deux phases

C’est sûrement la raison pour laquelle la profession a décidé de prendre les devants. Elle a ainsi envoyé plusieurs propositions au Conseil National de sécurité pour tenter de prouver qu’il est possible de rouvrir les casinos terrestres sans risque sanitaire. Cela pourrait se faire en deux phases.

Durant la première, seules les machines à sous seraient autorisées. Bien sûr, de nombreuses mesures devraient également être prises pour garantir la sécurité du personnel et des joueurs. Cela passerait par la mise à disposition de masques, de gel et de matériel de nettoyage. On pourrait même envisager si besoin la prise de température systématique des clients de manière à interdire l’accès à l’établissement aux personnes ayant de la fièvre.

Quant à la seconde phase, elle permettrait la réouverture des jeux traditionnels comme la roulette, le black jack et le baccarat par exemple. Elle pourrait intervenir quelques semaines plus tard, si l’évolution du virus le permet.

Des licenciements à prévoir en cas de réouverture tardive

Il faut bien reconnaître que pour le moment, les établissements de jeux d’argent font partie des grands oubliés du plan de déconfinement. Même lors de la phase 3 qui devrait débuter le lundi 8 juin prochain, le gouvernement n’a encore rien prévu les concernant. Pour la profession, cette situation semble absurde. En effet, certains pays voisins ont d’ores et déjà autorisé leurs casinos à accueillir à nouveau des clients, comme dans plusieurs Länder d’Allemagne notamment.

De plus, tout pourrait être prêt en Belgique, pour le 8 juin. D’ailleurs, si la réouverture ne s’effectue pas prochainement, les complexes risquent de devoir licencier du personnel pour faire face à ce sérieux manque à gagner. Pour rappel, il existe en Belgique 9 casinos en dur. Ils sont situés à Bruxelles, Namur, Spa, Dinant, Chaudfontaine, Knokke, Oostende, Blankenberge et Middelkerke.