Pixel Companyz et le groupe Partouche souhaitent ouvrir un casino a NagasakiDepuis plusieurs années maintenant, le Japon prévoit d’ouvrir 3 hôtels-casinos sur son territoire. Si ce projet rencontre de nombreuses difficultés, en ce moment, il reste néanmoins encore et toujours d’actualité.

Plusieurs préfectures travaillent d’ailleurs, à l’heure actuelle, sur un processus d’appel d’offres. C’est le cas notamment de celle de Nagasaki, dans le sud du pays, qui intéressent de nombreux prétendants.

Un nouveau vient juste de se déclarer prêt à présenter un projet. Il s’agit d’un consortium réunissant la société japonaise Pixel Companyz, le cabinet de conseils TTL Resorts et le casinotier français Partouche.

Un consortium créé en août 2020

Eh bien oui, le groupe Partouche s’intéresse de près à l’ouverture du marché japonais des casinos terrestres. Et on peut facilement comprendre pourquoi quand on sait que la plupart des experts estiment qu’il devrait dépasser à terme celui de Las Vegas pour arriver deuxième derrière celui de Macao.

Ainsi, le casinotier français qui possède à l’heure actuelle une quarantaine d’établissements de jeux en Europe s’est d’abord associé avec le groupe Oshidori International Holdings Limited. Mais, un terme a été mis à leur partenariat, le mardi 19 mai dernier.

Pourtant, ce n’est que le 3 août 2020 que le groupe Partouche a publié un communiqué de presse annonçant la fin de cette association, tout en affirmant s’intéresser toujours de près à la possibilité de participer à un appel d’offres au Japon.

Il n’a pas fallu attendre encore longtemps pour que l’opérateur français se rapproche de nouveaux partenaires. C’est ainsi à la fin du mois d’août qu’il a fait savoir qu’il venait juste de rejoindre un autre consortium. Celui-ci réunit également Pixel Companyz Inc. (une société japonaise spécialisée dans les technologies et les énergies renouvelables) et TTL Resorts (une entreprise de conseils spécialisée dans la conception de destinations touristiques).

Dans le cadre de ce consortium, le groupe Partouche ne sera pas investisseur. Comme le budget nécessaire devrait être beaucoup plus important que ce qu’il a l’habitude de débourser, il se contentera simplement d’exploiter le casino cette fois.

>>> Cet article devrait également vous intéresser : “De l’avenir des casinos japonais sans Shinzo Abe

Un projet qui attend encore le lancement de l’appel d’offres de la préfecture de Nagasaki

Trois mois seulement après la création de ce consortium, ce dernier vient juste d’annoncer qu’il compte bien répondre à l’appel d’offres de la préfecture de Nagasaki. Celle-ci intéresse d’ores et déjà 4 autres candidats : l’ancien partenaire de Partouche Oshidori International Holdings, le casinotier européen Casinos Austria et un consortium comprenant Get Nice Holdings et Current Corp.

Chacun de ces différents acteurs attend encore que l’offre publique soit officiellement lancée. D’ici là, le groupe Partouche et ses partenaires travaillent encore sur leur proposition qui sera donc envoyée dès que possible aux autorités compétentes de la préfecture de Nagasaki.

Pour rappel, comme le prévoit la loi japonaise, les futurs hôtels-casinos du pays doivent mettre à l’honneur la culture locale. Il faut également qu’ils offrent une large gamme de divertissements, des espaces de conférences et de réunions mais aussi suffisamment de chambres pour loger au moins 3 000 personnes. Enfin, le casino proprement dit ne doit pas faire plus de 3% de la superficie globale de l’établissement.