Sheldon Adelson : le magnat de Vegas, Macao et Singapour

Sheldon Adelson un AS des casinosSelon le classement des plus grandes fortunes mondiales de Forbes en 2017, Sheldon Adelson se situe au 22ème rang avec 25,2 milliards de dollars. Il était à la 8ème place en 2013. Ce milliardaire américain est très connu dans l’univers des casinos. Actuel président du groupe Las Vegas Sands, ce promoteur immobilier qui a bâti sa fortune à partir de rien est l’une des images emblématiques du self-made-man et du rêve américain.

Croupiers en Direct vous dévoile la biographie de Sheldon Adelson, une des plus grandes figures dans l’industrie du casino de Las Vegas, Macao et Singapour !

Des débuts improbables

Né le 1er août 1933 dans la banlieue de Boston, Sheldon Gary Adelson est le fils d’un immigré lituanien chauffeur de taxi. C’est donc dans un milieu très modeste qu’il a grandi, vivant avec toute sa famille dans une seule pièce. Mais très tôt, Sheldon se fixe des objectifs ambitieux. Motivé et volontaire, il emprunte dès l’âge de 12 ans, la somme de 200 dollars à l’un des ses oncles. Son objectif : vendre des journaux. Chose qu’il réussit à faire en achetant le droit de vendre à l’endroit le plus fréquenté de l’une des principales rues de Boston. Mais Sheldon se rend assez vite compte qu’il ne pourra pas bâtir son empire de là.

Des journaux aux casinos

Quittant les rues de Boston après quelques années, Sheldon Adelson enchaîne alors les expériences. Il commence par faire des études en vue de devenir chroniqueur judiciaire, puis y renonce avant de passer trois ans sous les drapeaux. Son esprit entrepreneurial ne le quitte toutefois pas. Il sait que devenir entrepreneur est la seule option pour faire fortune et bâtir un empire couvrant de nombreuses activités en accord avec sa grande polyvalence. Car Adelson est avant tout très polyvalent. Il s’essaiera ainsi à de nombreuses petites affaires : vente d’articles sanitaires pour l’hôtellerie, investissement immobilier, tourisme, investissement dans une fabrique de sucreries, courtage, conseils en investissement…, il touche à tout. Il devient ainsi millionnaire dès l’âge de 30 ans, mais perd encore toute sa fortune dans différents investissements catastrophiques.

Toutefois, persévérant et optimiste, il poursuit son parcours en dents de scie, jusqu’en 1978 où il a l’excellente idée de mettre sur pied le premier salon de l’informatique, le COMDEX. C’est une idée géniale, et bien que ne s’y connaissant pas du tout dans le domaine, il parvient à créer un véritable carrefour incontournable. Le COMDEX sera revendu 16 ans plus tard, en 1995, pour la bagatelle de 800 millions de dollars. La fortune de Sheldon Adelson est faite. Mais un peu avant, en 1989, il profite déjà des retombées financières de son salon pour réaliser l’un de ses plus grands rêves : l’acquisition d’un casino. En l’occurrence, ce sera le Sands de Las Vegas, un ancien casino mythique ayant connu ses beaux jours durant les années 60. C’est le point de départ d’un véritable empire du casino.

La construction d’un empire

En rachetant avec ses amis d’enfance le Sands, Adelson joue un peu un coup de poker. En effet, si ce casino a acquis une popularité certaine grâce aux stars qui y avaient leurs quartiers à la belle époque, il n’est plus que l’ombre de lui-même lors de son acquisition en 1989 pour la somme de 128 millions de dollars. Mais Adelson a une idée bien précise derrière la tête : se faire une nouvelle clientèle en bâtissant juste aux abords de l’hôtel, un grand centre de conférences.

Le succès ne se fait pas attendre et le Sands revit. Mais même s’il est déjà envié par tous ses concurrents, Sheldon Adelson ne se montre pas satisfait. Il en veut plus ! Il décide alors, à partir de 1996, de bâtir à la place du Sands, un gigantesque complexe qui lui permettra de récupérer une clientèle encore plus importante. Le Sands est rasé et au bout de trois ans de travaux, sort de terre le Venetian dont l’architecture est inspirée de l’histoire de la célèbre cité lacustre italienne. Le complexe, déjà gigantesque, fera ensuite l’objet de deux extensions pour devenir en 2008, le plus grand du monde, avec ses 7000 suites, ses nombreux commerces, ses restaurants et son immense casino (. Une véritable ville dans un bâtiment offrant tout ce qu’il faut aux visiteurs.

Casinos à Macao, Singapour et bientôt au Japon

Grâce à son lobbying et à son sens développé des affaires, Adelson investit ensuite en Asie. Il sera l’un des principaux acteurs de la transformation de Macao, où il construit à partir en 2004, le Sands Macao à titre de « test », avant de se lancer dans la construction d’une réplique plus grande du Venetian de Las Vegas. Au bout de quelques années de construction et un investissement estimé à 2,4 milliards de dollars, le Venitian Macao s’impose comme le plus grand casino du monde avec ses 920 000 m² de surface construite, dont son hôtel de 3000 suites. Un projet renversant auquel succèdera un autre, tout aussi ahurissant : le Marina Bay Sands de Singapour, inauguré en 2010. Pour ce chef d’œuvre, le magnat a déboursé 6 milliards de dollars! Le groupe Las Vegas Sands qui est détenu majoritairement par Adelson est également propriétaire de The Palazzo, inauguré en 2007 près du Venetian.

En 2017, Sheldon Adelson a des vues sur le Japon. En effet, le Japon a voté une loi pour ouvrir des établissement de jeux. Sheldon Adelson compte faire partie des groupes ayant une licence de jeu. Il voit dans le Japon une opportunité de business énorme. Le Japon serait d après lui le second plus grand marché au monde dans les jeux de casino. Pour cela, selon ses propres estimations, l’ouverture d’un établissement  au pays du Soleil Levant pourrait lui couter jusqu’à 10 milliards de dollars!

En dehors de son sens très particulier des affaires, Sheldon Adelson est également un fervent partisan de la cause juive et un grand donateur. Mais c’est également l’un des plus farouches opposants au casino en ligne et poker qu’il considère comme un véritable danger.

Articles sur Sheldon Adelson