Biographie de Lui Che Woo, le philanthrope magnat des casinos

Biographie de Lui Che Woo, magnat des casinos de MacaoMacao, la nouvelle Mecque du jeu de casino, est depuis quelques années, le lieu d’importantes rivalités entre de grosses fortunes à la tête d’empires financiers colossaux. Parmi les principaux acteurs de cette industrie qui attend aujourd’hui impatiemment une reprise, il y a bien entendu, l’incontournable Stanley Ho, mais aussi Lui Che Woo, le Président de Galaxy Entertainment Group. De plus en plus populaire ces dernières années, ce multimilliardaire chinois fait en effet partie de ceux qui ont contribué à faire de Macao ce qu’elle est aujourd’hui. Découvrons ensemble ici l’histoire et le parcours de ce magnat des casinos très impliqué dans de nombreuses œuvres sociales.

Ses débuts : la guerre, la déscolarisation, la rue

C’est le 9 août 1929, à Jiangmen, ville de la province du Guangdong dans le sud de la Chine, que naît Lui Che Woo. Fils aîné de ses parents, il précède les 5 filles qu’aura par la suite le couple. Relativement aisée, la famille doit cependant quitter la Chine dès 1934 en raison de la guerre qui fait rage à l’époque dans le pays. A tout juste 5 ans, Lui Che Woo et ses parents s’installent ainsi à Hong Kong. Mais le répit est de courte durée puisque la colonie britannique est occupée à partir de 1941 en raison de la seconde guerre mondiale.  Obligé d’abandonner ses études, Woo affronte alors précocement la dure réalité de la vie active. Afin de gagner sa vie, il vend de la nourriture dans la rue avec sa grand-mère. Cette période assez dure de sa vie fera cependant naître en lui sa fibre philanthropique et forgera son mental d’hommes d’affaires.

La K.Wah Company, socle de son empire

Après la fin de la guerre, Lui Che Woo se consacre corps et âme à la réalisation de son rêve : bâtir un empire dans ce Hong Kong d’après-guerre qui se reconstruit et est donc riche en opportunités diverses. En 1955, à 26 ans, il crée ainsi sa première entreprise, la K. Wah. Spécialisée dans le commerce des matériaux de construction, elle s’impose vite, grâce à la rigueur et au sens des affaires de son manager, comme un fournisseur de premier plan pour plusieurs grandes entreprises. Mais Woo sait que malgré son importance et les capitaux qu’elle brasse, l’industrie des matériaux de construction ne suffira pas à elle seule à faire la puissance de l’empire dont il rêve. Dans le courant des années 60, il opte donc pour une diversification de ses activités en commençant par l’immobilier. Puis, dans les années 80, le désormais millionnaire s’oriente vers le secteur de l’hôtellerie et du divertissement à travers la Stanford Hotel Internationals. Hong Kong ne suffit alors plus à contenir les élans de Lui Che Woo qui s’investit, à partir des années 90 dans différents projets en Chine continentale. Aujourd’hui, la K. Wah International Holdings Ltd est une géante multinationale comprenant la K. Wah Construction Materials Limited, la Stanford Hotels International, mais aussi le Galaxy Entertainment Group. Ses 33 000 employés sont répartis dans plus de 200 filiales à travers le monde.

Le Galaxy Entertainment Group, Macao et les casinos

En 2002, alors que son groupe est déjà relativement bien établi, Lui Che Woo profite de l’ouverture du marché des casinos de Macao pour obtenir une licence d’exploitation sous le couvert du Galaxy Entertainment Group, la branche de la K.Wah spécialisée dans le divertissement. En 2011, il inaugure le Galaxy Macau, un hôtel-casino de 2 milliards de dollars composée de 2200 chambres et suites, 50 restaurants et une salle de casino abritant 450 tables de jeu. Le complexe comprend également une plage artificielle, une piscine à vague et de splendides chutes d’eau. Acteur majeur de la croissance fulgurante de l’industrie macanéenne des jeux de casino, Lui Che Woo devient, grâce à cette nouvelle manne, la deuxième plus grosse fortune de Hong Kong en 2014 avec une fortune estimée à 21 milliards de dollars. Malheureusement, la crise qui secoue la cité asiatique du jeu suite à la campagne anti-corruption lancée par le président chinois lui coûtera gros.

En deux ans, le milliardaire chinois perd ainsi près de 11 milliards de dollars. Il demeure cependant l’une des plus grosses fortunes asiatiques (7ème plus riche d’Hong Kong) et du monde (151ème selon le classement Forbes 2016) avec 10,1 milliards de dollars.