Le casino de Monte-Carlo a Monaco victime d'un vol de jetons sur une table VIPEn juillet 2016, un joueur d’origine Italienne avait dérobé un lot de jetons sur l’une des tables du Casino de Monte-Carlo. Un peu plus de deux ans après les faits, le tribunal correctionnel de Monaco l’a condamné à deux mois de prison ferme.

Croupiers en Direct vous raconte cette histoire insolite qui a permis a un joueur italien de mettre la main sur plus de 1100€ en un temps record sur une table de roulette du Casino de Monte-Carlo. 

Vol de jetons à la roulette : 1 100 € en 40 minutes…

Tandis que certains joueurs élaborent des stratagèmes toujours plus ingénieux pour battre les casinos ou les escroquer, d’autres ne se cassent pas trop la tête et y vont par les méthodes les plus classiques qui soient. C’est le cas de cet habitué du Casino de Monte-Carlo qui, le 20 juillet 2016, a tout simplement choisi de chiper des jetons sur l’une des tables de roulette de la maison. Rôdé aux techniques de l’empalmage, l’homme a en effet réussi à voler 10 jetons de 100 € chacun, ainsi que 4 jetons de 25 € l’unité. Ce qui représente un total de 1 100 € que le joueur indélicat s’est mis en poche en l’espace de 40 minutes avant de prendre la clé des champs. Visiblement bien préparé, il a en effet réussi à échapper à la vigilance des croupiers et du dispositif de sécurité du casino ; le forfait n’ayant été constaté que longtemps après son départ.

>>> Lire également : “Prison pour deux joueurs de roulette du casino de Monte Carlo

Un larcin pas très malin

Mais s’il a réussi à se faufiler entre les mailles de la sécurité de ce prestigieux établissement monégasque, il n’avait visiblement pas prévu la suite. En effet, comme tout casino qui se respecte, le casino de Monte-Carlo possède un dispositif de vidéosurveillance des plus modernes. Difficile donc d’imaginer qu’un tel vol puisse échapper à un tel dispositif. Par ailleurs, l’accès aux salons privés des établissements de la Société des Bains de Mer est subordonné à la présentation d’une pièce d’identité au guichet. Le larcin a donc été vite démasqué et ses coordonnées personnelles, rapidement mises à la disposition des services de police.

Un multi récidiviste imprenable

Mais en termes de coordonnées personnelles, le voleur du Casino de Monte-Carlo n’en avait pas vraiment beaucoup. En effet, la copie de sa carte d’identité ne donnait accès qu’à peu d’informations. Elle avait tout de même permis de révéler que le coupable était un Turinois assez bien connu des services de police italiens. Son casier judiciaire transalpin était en effet plutôt chargé, avec sept condamnations pour des délits divers : escroquerie, vol, recel de vol, trafic de stupéfiants, ou encore chèque sans provision. Entre 1984 et 2011, il avait ainsi multiplié les passages devant les tribunaux. Mais au-delà de ces infos sur son passé, la police ne disposait que de peu d’informations sur sa vie présente. Il n’avait en effet ni emploi, ni adresse connue. Il avait ainsi fallu plus d’un an à la police monégasque pour localiser le voleur.

Absent à la barre

Ce jour-là, c’est sans grande surprise que l’accusé n’était pas présent à l’audience du jugement. Mais cela n’a pas empêché la justice de faire son travail. Suivant le réquisitoire du ministère public, le tribunal correctionnel l’a condamné à une peine de deux mois de prison ferme.