Tout savoir sur le métier de croupier de casinoDevenir croupier. Voilà une option professionnelle à laquelle beaucoup n’auraient sûrement pas pensé, il y a encore quelques années. Bien qu’encore mal connu, le métier attire aujourd’hui, de plus en plus de jeunes en quête d’un premier emploi, ainsi que des chômeurs et des travailleurs en quête d’une reconversion ou d’un tremplin. Il faut dire que la profession est très accessible et peut offrir d’intéressantes opportunités. De plus, la demande est bien présente.

Croupiers en Direct vous en dit plus sur le métier de croupier et sur des opportunités à saisir.

Une formation rapide et accessible

Pour devenir croupier, pas besoin d’un diplôme supérieur ou même d’un baccalauréat. La formation permettant d’exercer le métier est en effet ouverte à tous, sans distinction de niveau scolaire ou universitaire. En France, elle est proposée par différents casinos et centres, mais la Cerus Casino Academy (CCA) est la seule école française de croupiers reconnue par l’Etat.

L’apprentissage dure huit semaines au cours desquels sont enseignées les différentes techniques et règles de tenue des jeux de table : roulette, boule, baccarat, blackjack, poker, etc. Bien entendu, quelques prédispositions favorisent la réussite dans le métier. Etre bon en calcul mental, être honnête, avoir un bon contact avec les clients, mais aussi une bonne dextérité et une capacité à rester concentrer longtemps sont autant d’atouts qui font un bon croupier.
Au terme du cursus, l’apprenant est outillé pour exercer dans n’importe quel casino du monde.

>>> Lire également : “Croupier de casino, un métier qui a la cote

Un emploi quasi-garanti au bout

Avec le fort développement que connaît actuellement le secteur des jeux d’argent et de hasard, le métier de croupier est très demandé. Si l’on en croit le coordinateur pédagogique de la CCA, 90% des personnes formées par l’école trouveraient un emploi dans l’année suivant la fin de leur apprentissage. Cela se comprend aisément quand on observe la forte croissance que connait actuellement l’industrie des jeux d’argent, aussi bien à l’échelle nationale qu’à l’échelle internationale.

De même, le développement des éditeurs de jeux de table avec croupiers en direct comme Evolution Gaming, Authentic Gaming et bien d’autres, offrent de nombreuses opportunités d’emploi pour les nouveaux croupiers. Les cargos et les cercles de jeux sont autant d’autres lieux où peuvent officier les croupiers.

Ça paye bien ?

Les horaires de travail d’un croupier sont assez peu conventionnels. Il opère en effet aussi bien de nuit, qu’en week-end. Pour ce qui est de la rémunération, elle n’est pas particulièrement élevée puisqu’un croupier débutant est généralement payé au SMIC et que le salaire moyen de la profession tourne autour de 1800 € bruts par mois.

Mais le métier présente un avantage non négligeable : la possibilité d’encaisser d’intéressants pourboires, dont les montants peuvent être élevés sur certaines tables. Pour ce qui est des évolutions de carrière envisageables, un croupier peut passer chef de table, chef de partie ou encore responsable de salle de jeux. La rémunération tourne alors autour de 3000 €/mois.

Croupier, un métier d’avenir

Cependant, l’un des principaux écueils auxquels doivent faire face les croupiers concerne la généralisation des contrats courts. En effet, de plus en plus de casinos se limitent aux CDD et temps partiels, rendant l’activité quelque peu précaire. Un état de choses qui n’empêchera sûrement pas la profession de se développer encore un peu plus au cours des prochaines années. En effet, malgré le développement des jeux en ligne et l’automatisation croissante des jeux de table dans les établissements terrestres, les croupiers en chair en os devraient encore être bien présents au cours des années à venir.